Note de presse des Evêques catholiques d’Haïti condamnant le “comportement outrageant et abominable” de certains lors des funérailles du père Simoly

Le père Joseph Simoly, un prêtre diocésain très aimé de ses fidèles, a été assassiné le 21 décembre. La thèse du vol ne peut être soutenue. Le prètre, dit-on, a été assassiné pour avoir mis, le doigt dans cette grangrène sociale qui bénéficie certains groupes influents.

Lors de ses funérailles, un groupe de personnes lancèrent des propos hostiles contre le cardinal Chibly Langlois, qui présidait la cérémonie et le sénateur Youri Latortue, ancien président de la commission Ethique et Anti-corruption du Sénat qui avait conduit une enquête sur l’utilisation des fonds PetroCaribe, présent dans l’assistance.

Les évêques catholiques d’Haiti, par cette note, dénoncent donc le “comportement outrageant et abominable” des protestataires, manipulés par une main invisible.

Père Joseph Simoly1. Nous, les Évêques Catholiques d’Haïti, condamnons fermement ce qui s’est passé au moment de la célébration des funérailles du Père Joseph Simoly à la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince. Des agitateurs, de toute évidence manipulés, n’ayant aucun lien avec les familles spirituelle et biologique du regretté Père Joseph Simoly, ont tenté d’instrumentaliser cette célébration en faisant du tapage à l’intérieur de l’église, espace sacré, inviolable.

Ces perturbateurs ont lancé des propos désobligeants à l’égard d’un membre de la hiérarchie catholique, Son Eminence Chibly, Cardinal LANGLOIS. Ces propos violents ont gagné en escalade pour se transformer en menaces contre la personne du Cardinal. Ceci est totalement inacceptable et intolérable.

Nous réprouvons ce comportement outrageant et abominable qui témoigne d’une irrévérence flagrante pour l’Eglise de Jésus-Christ. Cette manœuvre infâme est à nos yeux une tentative de manipulation de l’opinion en faveur des auteurs de l’assassinat crapuleux du Père Joseph Simoly.

Message de Noël 2017 de la Conférence des Évêques d’Haïti

bishop-hat1. Nous vous saluons avec les paroles d’espérance et de consolation prononcées par le prophète Isaïe pour encourager le peuple qui vivait un moment difficile et traumatisant de son histoire : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi… » (Isaïe 9, 1.3). Elles annoncent l’événement central de la venue, dans son histoire tragique, du Messie, du Sauveur, de l’Emmanuel, le Dieu-avec-nous, qui est la Lumière qui brille dans les ténèbres.

2. C’est cet événement providentiel de l’irruption de Dieu dans l’histoire de son peuple pour l’assumer, la sauver et l’illuminer par sa présence libératrice et salvatrice que nous nous préparons à célébrer à Noël. Ainsi, le temps de l’Avent nous ouvre l’horizon de l’espérance, une espérance qui ne déçoit pas, parce qu’elle est fondée sur la Parole de Dieu : « Je conduirai les aveugles par un chemin qu’ils ne connaissent pas, je les ferai cheminer par des sentiers qu’ils ne connaissent pas, devant eux, je changerai l’obscurité en lumière » (Isaïe 42, 16).

Normes liturgiques: Note de la Conférence Épiscopale d’Haiti

Nous, les Évêques Catholiques d’Haïti, réunis en Assemblée Plénière Ordinaire du 27 Novembre au 1er Décembre 2017, avons décidé ce qui suit :

1) Le 3 décembre prochain, 1er dimanche de l’Avent, la nouvelle formule du « Notre Père » entrera officiellement en vigueur dans toute forme de liturgie publique. Les fidèles catholiques seront invités à dire désormais «Ne nous laisse pas entrer en tentation» au lieu de « Ne nous soumets pas à la tentation ». L’Église croit comme elle prie. Si l’ancienne traduction du Notre Père nous interroge parce que l’on peut comprendre que Dieu nous éprouve en nous sollicitant au mal, la nouvelle est plus en accord avec le sens du texte et surtout avec le visage du Père que Jésus nous a révélé : « Dieu n’éprouve pas le mal, il n’éprouve non plus personne » (Jacques 1, 13).

Ce n’est pas Dieu, mais le diable qui tente l’homme. Ce que nous demandons en réalité au Seigneur c’est de ne pas nous laisser prendre le chemin qui conduit au péché.

Nòt pou laprès ki sòti nan Konferans Evèk Katolik nan peyi Ayiti

Le président Jovenel et le Cardinal Langlois
À lilavoix, le 27 septembre 2017

Frè ak sè nou yo, ak tout moun nòt sa a rive jwenn!

1.- Nous menm Evèk Katolik nan peyi a, nou salye nou nan non Bondye lavi a. Antan nou reyini nan Lilavwa depi 25 pou rive 29 septanm, nou te pran tan lapriyè epi reflechi sou sa kap pase nan peyi a.

2.- Rèl pèp la rive nan zorèy nou, e li touche nou nan fon kè nou. Nou te koute tou Prezidan peyi a ki te vin vizite Evèk yo kote yo konn reyini nan Lilavwa jou ki te mèkredi 27 septanm nan. Sa fè nou sonje sa Konsil Vatikan e di: “Tout sa ki touche moun, ki fè l soufri, tout kè kontan an dlo nan je, tout tray ak lespwa pèp la dwe sonnen nan kè nou” (Gaudium et Spes #1).

Nòt Konferans Evèk Katolik Ayiti yo (CEH) sou solisyon kriz eleksyon yo pou ane 2015-2016

ceh_logol – Konferans Evèk Katolik Ayiti yo te reyini pou yon asanble espesyal. Li wete chapo l devan kouraj Pèp Ayisyen an montre li genyen nan jou sa yo ki tèlman difisil pou sa ki gade reyalite sosyal, politik ak ekonomik peyi a.

2- Kèk aktè politik ki angaje nankriz koulye a te sèlman mande Konferans Evèk yo, pou’l ede youn pale ak lòt epi tabli dyalòg nan mitan yo. Konferans Evèk yo te fè sa pou debloke kominikasyon ki te difisil oubyen ki te parèt enposib; gen lòt enstitisyon ak moun ki te fè menm bagay la. Aktè politik sa yo te travay pou jwenn yon solisyon negosye pou sòti nan kriz sa a. Yo te bay kèk pwopozisyon ki sèvi kòm baz yon akò nan yon tèks ki ta merite konplete. Genyen anpil lòt pwopozisyon pou sòti nan kriz sa a kap sikile. Yo montre kijn anpil moun gen gwo tèt chaje sou jan yo pral dirije peyi a apre dat 7 fevriye a.

error: Content is protected !!
X