Nòt pou laprès ki sòti nan Konferans Evèk Katolik nan peyi Ayiti

Le président Jovenel et le Cardinal Langlois
À lilavoix, le 27 septembre 2017

Frè ak sè nou yo, ak tout moun nòt sa a rive jwenn!

1.- Nous menm Evèk Katolik nan peyi a, nou salye nou nan non Bondye lavi a. Antan nou reyini nan Lilavwa depi 25 pou rive 29 septanm, nou te pran tan lapriyè epi reflechi sou sa kap pase nan peyi a.

2.- Rèl pèp la rive nan zorèy nou, e li touche nou nan fon kè nou. Nou te koute tou Prezidan peyi a ki te vin vizite Evèk yo kote yo konn reyini nan Lilavwa jou ki te mèkredi 27 septanm nan. Sa fè nou sonje sa Konsil Vatikan e di: “Tout sa ki touche moun, ki fè l soufri, tout kè kontan an dlo nan je, tout tray ak lespwa pèp la dwe sonnen nan kè nou” (Gaudium et Spes #1).

La crise financière et les Haitiens de la diaspora

Les places financières du monde entier sont aux abois avec la faillite des méga-banques, des groupes mondiaux d’assurance comme la American International Group, Inc. (AIG), et les bourses des principaux marchés financiers en chute libre depuis plus d’une semaine.

A quelques exceptions près, les Haïtiens de l’intérieur comme de l’extérieur semblent prêter très peu attention à ce débâcle, certains se sentant très peu concernés et considérant l’économie en récession une affaire touchant uniquement les gros investisseurs. Ils devraient pourtant commencer à s’inquiéter car, avec l’ampleur mondiale que prenne cette crise, ils peuvent tous être, sinon emportés du moins voir leur marge de manoeuvre, en matière financière réduire considérablement jusqu’à devenir un cauchemar. À moins qu’elle soit immédiatement endiguée, les retombées sur les individus et les familles seront multiples.

error: Content is protected !!
X